De l’importance et de la valeur d’une donnée fiable

Partager : 
gouvernance des données

La force des données n’est plus à démontrer. Le Big Data a permis un recours massif aux données dès les années 90 avec notamment l’arrivée du Cloud Computing. Au début des années 2010, la croissance des outils analytiques, comme Google Analytics par exemple, a permis aux équipes marketing d’avoir accès à des masses de données leur permettant de façonner des stratégies spécifiques pour cibler des clients selon leur produit/service.

Chaque site internet, e-mail ou application a aujourd’hui besoin de données. Elles sont devenues indispensables. Ce sont ces dernières qui permettent le fonctionnement de la plupart des services numériques.

Pourtant, les entreprises sont encore nombreuses à ne pas valoriser ces données clients et ne voient pas l’importance de maintenir une base de données organisée et fiable. Alors même qu’en s’assurant une qualité des données irréprochable, l’entreprise permet à ses équipes de travailler avec des données à jour, accessibles plus facilement. Enfin, il ne faut pas oublier qu’avec l’arrivée du RGPD, il est conseillé d’avoir des bases de données organisées et actualisées, permettant de répondre à toute demande d’un client ou d’un utilisateur qui souhaiterait jouir de ses droits (droit à l’oubli, droit à la portabilité, droit de modification).

Mais pourquoi, à l’ère du Big Data, encore beaucoup d’organisations ne prennent pas les mesures nécessaires pour mettre en place une vraie gouvernance des données ?

Pour plusieurs raisons.

Tout d’abord au vu du chantier important si cela fait des années que rien n’a été fait. Avec des milliers, des centaines de milliers ou même des millions d’enregistrements de données client, la base de données peut sembler tellement énorme, qu’elle semble impossible à “ranger”. Mais avec des données aussi peu qualifiées, qui circulent dans l’entreprise sans contrôle, il devient presque impossible d’avoir les bonnes informations au bon moment pour répondre au “Time to Market”.

Ensuite, encore beaucoup de sociétés n’ont pas réussi à mettre en place une culture Data au sein de leurs équipes. Que ce soit pour la protection des données, la gouvernance des données, la qualification de ces dernières ou l’organisation en interne du recensement des données, les bonnes pratiques ne sont pas encore présentes dans la majorité des entreprises. Ce retard empêche les équipes marketing de personnaliser certaines campagnes et/ou de bien cibler leurs actions marketing, à cause d’une méconnaissance de leurs clients.

Mais alors, que faire pour améliorer la situation ?

Premièrement, il est primordial de reconnaître qu’il y a un problème organisationnel. Il n’est pas toujours simple d’accepter la réalité quand quelque chose ne va pas, mais c’est absolument nécessaire pour pouvoir corriger la direction et prendre les bonnes décisions.

Deuxièmement, il faut se rendre compte qu’un investissement financier ne sera pas suffisant pour améliorer la situation. La culture interne de l’organisme va aussi devoir changer, pour devenir une structure “Data Driven” avec la volonté d’insuffler cette culture data à tous les niveaux de l’organisme.

Enfin, il faut bien évidemment accepter qu’il existe et existera toujours une marge d’erreur. Les données ne seront pas toujours fiables à 100% tout le temps. Mais avec des outils efficaces comme DataGalaxy (qui permet de déployer une plateforme collaborative conçue pour la gouvernance des données), une culture d’entreprise “Data Friendly” et des collaborateurs spécifiquement désignés pour être des référents data, la confiance dans les données circulant dans l’entreprise augmentera.

Grâce à cette meilleure qualité des données, les équipes marketing mais aussi les différents utilisateurs de la donnée pourront mener leurs projets sans crainte.

gouvernance des données

Partager :